Il est facile de se perdre dans les chiffres - 74,000 cas, 50,000 récupérés, etc. - mais Living Water Adopt-A-Child (LWAAC) continue de persévérer au Guatemala. Alors que les cas de COVID-19 grimpent, notre équipe dévouée fait du porte-à-porte pour fournir aux enfants parrainés et à leurs familles des produits d'épicerie, d'autres ressources essentielles, des encouragements et des prières.

Les articles distribués comprennent du savon, du riz, des haricots, des nouilles, du sucre, de l'huile, du lait, du café et une boisson vitaminée pour les enfants. Nous vérifions également régulièrement les familles pour assurer leur bien-être et leur faire savoir que nous sommes là pour les soutenir en ces temps difficiles.

Une mère en particulier était ravie de recevoir un colis alimentaire le mois dernier. Notre personnel a conduit quatre heures du centre du ministère pour livrer son panier de nourriture et la mère a répondu avec des larmes de joie quand elle a vu ce qu'ils ont apporté. Sa famille était sur le point de manquer de nourriture et ces courses étaient une réponse à la prière. Nous sommes honorés que le Seigneur nous ait utilisés pour aider cette femme dans ses moments difficiles.

Nous continuons à exploiter certaines parties de nos opérations ministérielles en ligne tout au long de la pandémie COVID-19. Le personnel organise régulièrement des services religieux en ligne et nos médecins fournissent des consultations médicales par téléphone et vidéo. Cependant, nos cliniques dentaires restent fermées par ordre du gouvernement.

Maria, l'une des femmes âgées de notre programme Women In Need (WIN), partage ce que LWAAC a signifié pour elle récemment:

"Bonjour, je m'appelle Maria. J'ai 85 ans. Je suis veuve. Je n'ai qu'un enfant. Je souffre de problèmes d'estomac et de diarrhée. Malheureusement, je n'ai pas encore consulté de médecin car je n'ai pas les ressources pour le payer. Je n'ai pas d'emploi stable à cause de mon âge. Le mari de ma fille a du mal à subvenir aux besoins de sa famille et moi. Il est agriculteur et travaille également comme journalier. Pour le moment, il lui a été très difficile de trouver un emploi en raison de la situation de la pandémie de Covid-19. »

«Nous n'avons pas beaucoup de nourriture à la maison. Je me sens faible et je pense que parfois j'ai mal à l'estomac parce que mon estomac s'est habitué à ne pas recevoir beaucoup de nourriture. Chez nous, nous n'avons pas assez de nourriture pour nous tous. Parfois, je vais mendier de l'argent sur la place de la ville principale et j'utilise cet argent pour acheter de la nourriture. Je vis sur un terrain qu'un membre de mon église nous a prêté pour vivre. Notre maison est faite de morceaux de bois et de tôles en tôle, sol en terre battue et eau courante. Nous n'avons pas d'électricité, nous utilisons donc des bougies pour allumer la nuit. Les tôles de notre toit sont vieilles et abîmées. Je marche environ une heure pour me rendre au programme d'alimentation et à la Living Water Church. Certains de mes plus grands besoins sont l'épicerie, les soins médicaux, les feuilles de fer-blanc et les vêtements.

Nous avons le privilège de montrer l'amour de Jésus à Maria, aux enfants qui autrement se coucheraient le ventre vide, et à tous les autres Guatémaltèques appauvris que sert notre ministère. Vous pouvez en apprendre davantage sur notre ministère au Guatemala en visitant le Page Web du Guatemala sur notre site Internet.